COVID-19 : 10 mesures de soutien aux entreprises annoncées par le gouvernement

COVID-19 : 10 mesures de soutien aux entreprises annoncées par le gouvernement

Extrait de la déclaration de SEM AMADOU GON COULIBALY

Le Gouvernement est conscient que notre pays vit une période particulièrement difficile. La crise est à la fois sanitaire, sociale et économique.

Ainsi, en complément au plan de riposte sanitaire,  le Gouvernement a engagé des consultations avec l’ensemble du secteur privé, les différentes organisations professionnelles et entre le 24 et le 30 mars 2020, j’ai pu organiser plusieurs séances de travail téléphoniques et par visioconférence avec mon Cabinet et  le Ministère de l’Economie et des Finances.

Ces consultations ont permis d’élaborer un Plan de Soutien Economique, Social et Humanitaire évalué à 1700 milliards de FCFA, soit environ 5% du PIB.

Ce plan permettra d’atténuer l’impact de la pandémie sur les populations et les acteurs économiques des secteurs formels et informels.

Il permettra également  de préparer une reprise rapide des activités à la fin de la pandémie.

Le Plan se décline en trois principaux axes à savoir, (i) les mesures de soutien aux entreprises, (ii) les mesures d’appui à l’économie et (iii) les mesures sociales en faveur des populations

Au titre des mesures de soutien aux entreprises, à court terme, elles visent à maintenir l’activité économique, à soulager leur trésorerie et à préserver l’emploi.

Au titre des mesures de soutien aux entreprises, à court terme, elles visent à maintenir l’activité économique, à soulager leur trésorerie et à préserver l’emploi.

À cet égard, le Gouvernement prendra les dispositions ci-après :

  1. suspendre les contrôles fiscaux pour une période de trois mois ;
  2. reporter de trois mois le paiement des taxes forfaitaires pour les petits commerçants et artisans (notamment les maquis, les restaurants, les boites de nuit, les bars, les cinémas et les lieux de spectacles) ;
  3. différer pour une période de trois mois le paiement des impôts, taxes et versements assimilés dus à l’État ainsi que des charges sociales du fait des difficultés de trésorerie des entreprises ;
  4. réduire de 25% la patente transport ;
  5. différer pour période de trois (3) mois le paiement de l’impôt sur les revenus de capitaux (IRC) aux entreprises du tourisme et de l’hôtellerie qui éprouvent des difficultés ;
  6. exonérer les droits et taxes de porte sur les équipements de santé, matériels et autres intrants sanitaires entrant dans le cadre de la lutte contre le COVID-19 ;
  7. annuler les pénalités de retards dans le cadre de l’exécution des marchés et commandes publics avec l’État et ses démembrements durant la période de crise ;
  8. rembourser les crédits de TVA sous un délai de deux (2) semaines, grâce à un allègement des contrôles à priori et le renforcement des contrôles à posteriori ;
  9. continuer, malgré la crise, le paiement de la dette intérieure, notamment aux entreprises des sous-secteurs sinistrés du fait de la crise, en privilégiant les factures inférieures à 100 millions pour atteindre le maximum d’entreprises, en particulier les PME et les TPE ;
  10. réaménager en liaison avec les Ports Autonomes d’Abidjan et de San Pedro le paiement des frais de magasinage durant la période de la pandémie pour surseoir aux pénalités et suspendre la facturation de surestaries, c’est-à-dire les pénalités dues en cas de dépassement des délais de présence des navires.

ABIDJAN, LE 31 MARS 2020

Comments are closed.