Covid-19/Soutien aux PME : Tirer profit des mesures prises par le gouvernement

Covid-19/Soutien aux PME : Tirer profit des mesures prises par le gouvernement

La pandémie du COVID-19 a engendré à la fois une crise sanitaire et économique. La croissance du PIB de la Côte d’Ivoire est projetée à 3,6% en 2020 (contre 7,2% précédemment), soit une réduction de moitié. Par ailleurs, 90% des entreprises déclarent une baisse de leurs revenus au cours des trente (30) derniers jours. Face à cette crise économique, le gouvernement travaille à la mise en place de mesures d’accompagnement pour aider les entreprises à éviter autant que possible la cessation de leurs activités. L’objectif affiché est ambitieux : sauver le maximum d’entreprises et d’emplois, et ce malgré l’arrêt quasi-total des activités économiques.  Mais, une question demeure essentielle pour atteindre ce résultat : comment tirer profit des mesures prises par le gouvernement, dans leur recherche de solution ?

Avant toutes choses, il est essentiel de classifier les entreprises dans le contexte de cette crise. On pourrait distinguer 4 catégories d’entreprises : 

Les entreprises mises à mal avant la crise : Pour celles-ci, la crise n’aurait pas eu plus d’impact négatif que d’autres. Elles devraient se saisir de l’opportunité des mesures d’accompagnement pour pouvoir se relancer. 

Les entreprises impactées par les mesures administratives (hôtels, restaurants, maquis) : À cause des mesures prises, ces dernières ont dû marquer un temps d’arrêt. Le vœux que l’on pourrait leur formuler, c’est de pouvoir démarrer leur entreprise une fois toutes les restrictions levées. Néanmoins, elles peuvent profiter de cette crise pour s’organiser différemment, optimiser ou investir dans un nouveau segment de ce qu’elles font comme activité.

Les entreprises qui vont être impactées à plus long terme : Il s’agit d’entreprises telle que celles qui exercent dans le secteur du tourisme et sa chaîne de valeur. L’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) prévoit à ce propos une baisse de 20 à 30 % des activités sur 2020. Une situation qui va fortement impacter ces entreprises. Elles pourraient ne pas se relancer avant 12 ou 18 mois, ce cycle indiquant le fonctionnement standard d’une entreprise touristique. En même temps, il y a sans doute d’autres secteurs qui vont être impactés de façon similaire. Il faudrait que celles-ci bâtissent un plan solide qui leur permettrait de survivre.

Les entreprises pour qui la crise s’est révélée être une bénédiction : ces entreprises ont su se réinventer et se sont vues révéler des marchés et des opportunités qu’elles ne voyaient pas. Pour ces business, il faudrait qu’elles utilisent le temps et les ressources qu’elles ont pour s’assurer une croissance, augmenter leur fonds de roulement et le staffing même à temps partiel pour faire face à la demande.

Les mesures prises par le gouvernement

En ce qui concerne les mesures prises par le gouvernement, elles peuvent être classées en deux catégories : les mesures réglementaires et les mesures financières.

1- Les mesures réglementaires

Ces mesures sont constituées essentiellement du report des paiements de taxes et charges fiscales afin d’alléger les pressions de trésorerie. L’Etat s’engage ainsi à repousser de quelques mois le paiement des charges fiscales.

Ces mesures réglementaires commencent peu à peu à porter leurs fruits. En effet, plus de la moitié des entreprises ayant connaissance des mesures de suspension des contrôles fiscaux et de report du paiement des taxes et des charges sociales déclarent un impact positif sur leurs activités.

2- Les mesures financières

Les mesures financières devraient permettre aux PME répondant à certaines conditions de recevoir un montant forfaitaire sur la base de leur taille. Ce montant devrait leur permettre de parer à certaines difficultés. La mise à disposition de ces fonds constitue un processus intégrant plusieurs organes dont les informations précises sont communiquées au fur et à mesure aux différentes cibles.

Quelles attitudes adopter pour pouvoir en tirer profit 

Pour bénéficier et tirer le maximum desdites mesures, les dirigeants de PME peuvent s’approprier la démarche suivante :

1- Aller à l’information

En temps de crise, il est primordial d’aller à l’information et à la bonne information avec les canaux officiels. Aller à la bonne information permet de mieux s’orienter et mettre en place des mécanismes qui permettent de bénéficier des opportunités. Malheureusement, bon nombre de PME passent à côté de certaines informations qui peuvent être capitales pour elles. Elles se retrouvent donc à être soit sceptiques soit mal orientées, mais dans tous les cas il leur devient alors impossible de tirer profit des opportunités.

Interrogées, plus de 60% des entreprises déclarent avoir connaissance des mesures mises en place par le Gouvernement. Il s’agira donc, pour l’ensemble des dirigeants d’entreprises, d’aller au-delà de l’information sur l’existence des mesures et de se renseigner au travers des canaux officiels sur les modalités pour bénéficier de ces mesures. 

2- Se préparer

L’un des volets essentiels, c’est la préparation. Il faudra veiller à remplir les conditions nécessaires qui seront communiquées. Aussi, il serait plus judicieux de préparer tous les documents qui peuvent être demandés pour mettre toutes les chances de votre côté. Et ne surtout pas oublier le plus important, se faire identifier.

3- Evaluer l’impact des mesures réglementaires sur les besoins de trésorerie

Il faut avoir une compréhension assez détaillée de l’implication que ces mesures pourraient avoir sur vos besoins de trésorerie. Quelle est la meilleure utilisation possible de cette aide ? Comment le fait de remettre à plus tard le paiement des charges fiscales affecte-t-il votre business ? A titre d’exemple, un dirigeant de PME peut décider en évaluant la plus-value d’éviter le chômage technique à l’essentiel de son effectif. Tous les aspects seront donc évalués et une priorisation des allocations sera faite pour un meilleur résultat.

4- Bien allouer les fonds dont on bénéficiera

Une partie de l’aide gouvernementale comme souligné plus haut sera sous forme de fonds mise à disposition de la PME. Ces fonds ne devraient pas être considérés comme une consolation ponctuelle “un yako”. Bien que la démarche du gouvernement soit relative à un soutien d’urgence,  le dirigeant de PME doit voir plus loin. Considérant ces mesures comme une occasion pour mieux investir, mieux s’orienter dans le but de renforcer le business.

En définitive, il est vrai que les PME, tout comme les entreprises de façon générale se retrouvent dans une période difficile, mais comme le disait Franklin Roosevelt : « une mer lisse n’a jamais fait un marin qualifié. ». Il y a aujourd’hui beaucoup d’initiatives en gestation qui seront certainement lancées après cette pandémie. Seuls ceux qui auront quelque chose à proposer après la crise s’en sortiront. Il devient donc primordial de se préparer à l’après crise.

Par Eric Kacou

Comments are closed.